Accéder au contenu principal

LE MAP, FESTIVAL SANS DOMICILE FIXE


Texte & photographies de Jean-Jacques Ader

Fidèle à son principe de fonctionnement, cette année encore le festival photo toulousain MAP investit un lieu inédit pour y installer ses cimaises. L’ancien espace municipal Croix-Baragnon, fermé au public depuis 2017, accueille la version 2019 en plein centre-ville

Un véritable kaléidoscope visuel forme cette onzième édition pluridisciplinaire, composé par Pierre Garrigues son président et Ulrich Lebeuf qui en assure la programmation. Photojournalisme, mode, documentaire, recherche esthétique, une petite douche écossaise vous attend au fil de la visite. Voici trois apartés parmi les quinze expositions, dans les styles très différents qui nous sont données à voir.




Éric Bouvet, photojournaliste Français reconnu, propose ici des travaux en plusieurs lectures distinctes, dont un diaporama saisissant, montrant son immersion au sein d’un commando Russe, et nous rappelant la cruauté à laquelle l’homme peut se prêter en temps de guerre. Le défilement des photographies sont commentées par la voix poignante du photographe, nous confiant jusqu’à ses hésitations et ses doutes sur le rôle qui est le sien. En parallèle de ses commandes presse, dans la pièce voisine, une série en moyen format noir et blanc représente un travail plus personnel et réfléchi, dévoilant ça et là le quotidien de civils entourés de ruines et où la vie tente de reprendre le dessus, images rares qui laissent un goût amer dans la bouche.


Si la petite salle plongée dans la pénombre qui héberge les collages de Robin Lopvet n’est pas des plus spacieuse, l’ambiance met en évidence ses boites lumineuses. L’artiste y documente sa résidence artistique Taïwanaise sous une forme fictionnelle et en assumant totalement l’évidence des retouches numériques. Mais c’est derrière une vitre, qu’un écran mérite l’attention. La vidéo de 45mn qui y tourne est encore plus explicite en rendant visible la progression même des images, morceaux par morceaux, sous forme d’animation mise au point par l’artiste, elle illustre le processus créatif, et nous rappelle que chaque œuvre n’est qu’une construction, une organisation, à l’instar de l’environnement Taïwanais, et de part cette fragilité il est facile aussi de le déconstruire


L’environnement est aussi le centre d’intérêt de Guillaume Zuili. La mémoire urbaine qui hante les faubourgs de Los Angeles où il est le correspondant de l’agence VU depuis 2002, est retranscrite ici dans un décor écrasé de lumière et creusé d’ombres granuleuses. Réalisées pour le festival, ces épreuves argentiques uniques nous rappellent, dans notre monde gorgé d’images, une des principales définition de la photographie qui est l’empreinte ; la lumière l’inscrivant sur une matière sensible, elle-même la restituant sous forme de valeurs de gris. À travers cette matérialité, les photos de Guillaume Zuili nous permettent donc de voir maintenant ce qui a été, sans pour autant pouvoir être datées. Ce n’est pas seulement une démarche contemplative mais aussi un questionnement sur la représentation du monde, et de la place que nous y occupons.

La diversité des styles et l’esprit multi-générationnel sont clairement revendiqués par les organisateurs, compliquant un peu l’affirmation d’une identité, mais au regard de l’éclectisme de la programmation (Peter Knapp, Marie-Laure de Decker ou les représentants d’une nouvelle génération) et du chemin parcouru depuis plus de dix ans, le MAP nous réserve sûrement encore de belles surprises.  

Programme et  infos pratiques : https://map-photo.fr

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

GETXO-PHOTO 2019

Direction la Biscaye, province du Pays basque située au Nord de l’Espagne, pour la nouvelle édition du festival international de photo de Getxo dirigé par Jokin Aspuru, qui se déroule depuis 13 ans le long du mois de Septembre.

Baignées par les eaux du fleuve Nervion, à une quinzaine de kilomètres de Bilbao, deux zones urbaines principales se partagent ses rives au moyen d’un majestueux pont transbordeur (1893) classé au patrimoine mondial de l’humanité en 2006. Il vous mènera, vous et votre véhicule de Portugalete à Getxo, pour rejoindre le quartier d’Algorta, où se situent les expositions.
Une bonne majorité des accrochages trouve sa place au cœur même de l’espace public, les organisateurs ne reculant pas devant les formats atypiques ou géants, jusqu’en bordure de plage, révélant là une volonté de confronter les habitants aux œuvres contemporaines. Des rencontres, conférences et autres activités complètent le programme. Post homo sapiens est le troisième et dernier volet de la thémat…

TANIÈRES N°2, le repaire des écrivains - Guillaume Sire -

VERTICAL  S’élevant des premières coursives jusqu’aux niveaux supérieurs, dans sa quête de lumière, une incroyable glycine irrigue de ses multiples ramifications la cour intérieure de ce petit immeuble. Suivant le chemin tracé par le végétal, les racines toulousaines de Guillaume Sire le poussent jusqu’au dernier étage, pour s’y installer, voilà un peu plus de quatre ans.


Encore visibles, les vestiges d’un entrepôt à grains nous rappellent la proximité de la halle du même nom. Au cœur de son appartement, l’espace de travail est réduit au minimum et se partage entre une pièce équipée d’un bureau et un coin du salon où trône un meuble atypique : une écritoire. Celle-ci est particulière et ressemble à un secrétaire qui aurait été revisité par César : compressé sur les côtés et étiré en longueur, le support et la hauteur idéale pour écrire … debout, à l’image d’un Philip Roth ou d’un Jacques Brel, autres adeptes de la position verticale. L’auteur des confessions d’un funambule l’a dessinée …