Accéder au contenu principal

GETXO-PHOTO 2019


Direction la Biscaye, province du Pays basque située au Nord de l’Espagne, pour la nouvelle édition du festival international de photo de Getxo dirigé par Jokin Aspuru, qui se déroule depuis 13 ans le long du mois de Septembre.


Baignées par les eaux du fleuve Nervion, à une quinzaine de kilomètres de Bilbao, deux zones urbaines principales se partagent ses rives au moyen d’un majestueux pont transbordeur (1893) classé au patrimoine mondial de l’humanité en 2006. Il vous mènera, vous et votre véhicule de Portugalete à Getxo, pour rejoindre le quartier d’Algorta, où se situent les expositions.

Une bonne majorité des accrochages trouve sa place au cœur même de l’espace public, les organisateurs ne reculant pas devant les formats atypiques ou géants, jusqu’en bordure de plage, révélant là une volonté de confronter les habitants aux œuvres contemporaines. Des rencontres, conférences et autres activités complètent le programme.
Post homo sapiens est le troisième et dernier volet de la thématique Transitions, placée sous la direction artistique de Monica Allende, ancienne directrice photo du Sunday Times magazine, née à Bilbao et vivant à Londres en tant que commissaire d’expositions et consultante indépendante. Une autre originalité de Getxo photo – et volonté de la directrice artistique - est de présenter sans distinction les lauréats de l’appel à auteurs annuel aux côtés d’artistes plus ou moins reconnus, proposant un travail abouti.


Parmi eux, Haley Morris-Cafiero dénonce à travers ses autoportraits le cyber-harcèlement dont elle a pu être victime, en se travestissant en ses propres persécuteurs et reproduisant leurs phrases chocs sur son corps. Présentées en très grands formats, ses photos interpellent avec humour les promeneurs du front de mer où elles ont pris place.
 Matthieu Gafsou, ancien étudiant de l’école de Vevey, s’intéresse au transhumanisme, une optimisation du corps humain grâce à la technologie, à l’image de Neil Harbisson, qui possède une antenne implantée dans le crâne, ce qui en fait donc le premier cyborg reconnu par un gouvernement  Dans sa série H+ débutée en 2014 et présentée à Arles, Gafsou analyse, détaille et relève que ces avancées technologiques ne vont pas sans une certaine violence.

La culture Japonaise est sans doute la plus à même de lier un propos dramatique avec la plus grande poésie. Démonstration faite avec Autoradiograph, un ensemble d’images en noir & blanc, qui révèlent le rayonnement radioactif d’objets personnels retrouvés sur le site de Fukushima. L’artiste Masamichi Kagaya a travaillé en étroite collaboration avec le professeur Satoshi Mori de l’université de Tokyo. L’installation de tirages géants au sein d’une ancienne station service désaffectée en renforce d’autant plus la puissance visuelle.


Au programme aussi : The sentinels de Claudia Gori répertorie des personnes hyper-sensibles aux rayonnements électromagnétiques. Jan Hoek a rencontré les pilotes de taxis-motos, Boda-Boda, de Nairobi, costumés pour l’occasion de tenues surréalistes. À voir encore, les étranges portraits d’androïdes de Maija Tammi, où un être humain s’est (peut-être) glissé … Ainsi que Jaako Kahilaniemi, IC visual lab, Federico Estol, Ezio D’Agostino, Reiner Riedler, Julien Mauve, Mapuñuke Choyvn Iñchiñ, Anaïs Lopez, Marcos Zegers, Lauren McCarthy, Ali Eslami et Juno Calypso.

Getxo photo du 4 au 29 Septembre 2019, au Pays basque Espagnol.
Programme détaillé et informations : https://www.getxophoto.com/en/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

TANIÈRES N°2, le repaire des écrivains - Guillaume Sire -

VERTICAL  S’élevant des premières coursives jusqu’aux niveaux supérieurs, dans sa quête de lumière, une incroyable glycine irrigue de ses multiples ramifications la cour intérieure de ce petit immeuble. Suivant le chemin tracé par le végétal, les racines toulousaines de Guillaume Sire le poussent jusqu’au dernier étage, pour s’y installer, voilà un peu plus de quatre ans.


Encore visibles, les vestiges d’un entrepôt à grains nous rappellent la proximité de la halle du même nom. Au cœur de son appartement, l’espace de travail est réduit au minimum et se partage entre une pièce équipée d’un bureau et un coin du salon où trône un meuble atypique : une écritoire. Celle-ci est particulière et ressemble à un secrétaire qui aurait été revisité par César : compressé sur les côtés et étiré en longueur, le support et la hauteur idéale pour écrire … debout, à l’image d’un Philip Roth ou d’un Jacques Brel, autres adeptes de la position verticale. L’auteur des confessions d’un funambule l’a dessinée …

LE MAP, FESTIVAL SANS DOMICILE FIXE

Texte & photographies de Jean-Jacques Ader

Fidèle à son principe de fonctionnement, cette année encore le festival photo toulousain MAP investit un lieu inédit pour y installer ses cimaises. L’ancien espace municipal Croix-Baragnon, fermé au public depuis 2017, accueille la version 2019 en plein centre-ville
Un véritable kaléidoscope visuel forme cette onzième édition pluridisciplinaire, composé par Pierre Garrigues son président et Ulrich Lebeuf qui en assure la programmation. Photojournalisme, mode, documentaire, recherche esthétique, une petite douche écossaise vous attend au fil de la visite. Voici trois apartés parmi les quinze expositions, dans les styles très différents qui nous sont données à voir.



Éric Bouvet, photojournaliste Français reconnu, propose ici des travaux en plusieurs lectures distinctes, dont un diaporama saisissant, montrant son immersion au sein d’un commando Russe, et nous rappelant la cruauté à laquelle l’homme peut se prêter en temps de guerre. Le défileme…