Accéder au contenu principal

TANIÈRES N°5, le repaire des écrivains - Emmanuelle Urien -

Texte & photographies de Jean-Jacques Ader

Il est parfois saisissant dans une maison de ville, de constater la différence entre l’agitation tumultueuse de l’avenue qui la jouxte et le calme intérieur qui règne dès la porte refermée, réalisant par là même dans quel brouhaha quotidien nos oreilles sont habituellement baignées. Sensation rassurante et calme bienvenu chez Emmanuelle Urien, quand on sait que son activité professionnelle s’exerce ici-même, de deux à quatre mains, son compagnon pratiquant aussi l’écriture et la traduction.


Le patio-jardin intérieur donne accès aux deux bureaux, constitués par l’ancien garage de la maison d’à côté, qui a été réhabilité. Un au rez-de chaussée, l’autre à l’étage, leur attribution en a été simple, comme l’étage était le plus convoité la sélection s’est faite par … la taille. Situé en haut d’un escalier en raidillon et d’un passage limité en hauteur à 1,60m, le poste du premier a été interdit à monsieur sous peine de bosses à répétition.
Emmanuelle domine donc, et bénéficie d’une vue sur le coin jardin, où elle et son ordinateur portable s’auto-délocalisent parfois, l’été, en quête de fraîcheur. 


Garnie d’une partie de sa bibliothèque, des Pléiades y côtoient sans rechigner des BD, une série d’Éric Chevillard voisine sans soucis apparents avec les récits fantastiques de Jeff Giles. Le reste de la pièce héberge le nécessaire au travail, dans un ordre et un rangement que réclame la multiplicité des projets de traduction et l’écriture. 


Deux mannequins de bois articulés, nous indiquent peut-être des velléités artistiques passées, tandis qu’un tableau noir servant manifestement de pense-bête, affiche des mots inscrits à la craie, mélangeant les langues et les couleurs ils restent mystérieux pour le visiteur et leur sens n’est sûrement connu que de leur auteure.


L’écran de l’ordinateur, fixé au mur comme en apesanteur, est surmonté d’une affichette énonçant les droits de l’homme, dont la teneur des déclarations échappe de temps en temps, sans doute, aux éditeurs exigeant des délais de rendu de travaux toujours plus resserrés.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

MONICA ALLENDE, le dialogue et la démocratie

Native de Bilbao, elle a étudié les sciences politiques à Londres avant de se lancer à la tête du service photo du Sunday Times magazine. Là, elle a commencé à mettre en pratique sa conception de l’accessibilité des images avant de devenir commissaire d’exposition et consultante indépendante. Succédant à Christian Caujolle elle vient de piloter pour sa troisième et dernière année, la treizième édition de GetxoPhoto au Pays basque espagnol qui se tient jusqu’au 29 Septembre 2019.


Étrangère dans son propre pays, Monica Allende aime explorer de nouvelles contrées, de nouvelles narrations, dans les limites des ressources qu’on lui propose mais pas limitée par son esprit ; comme une urgence d’expérimenter quelque chose. Avant même son arrivée à la direction artistique de Getxophoto, l’identité du festival était d’habiter l’espace public, être dehors c’est son ADN. La recherche de nouveaux espaces, cette idée de réinterpréter le festival, pas seulement le concept, pas seulement les thèmes m…

GETXO-PHOTO 2019

Direction la Biscaye, province du Pays basque située au Nord de l’Espagne, pour la nouvelle édition du festival international de photo de Getxo dirigé par Jokin Aspuru, qui se déroule depuis 13 ans le long du mois de Septembre.

Baignées par les eaux du fleuve Nervion, à une quinzaine de kilomètres de Bilbao, deux zones urbaines principales se partagent ses rives au moyen d’un majestueux pont transbordeur (1893) classé au patrimoine mondial de l’humanité en 2006. Il vous mènera, vous et votre véhicule de Portugalete à Getxo, pour rejoindre le quartier d’Algorta, où se situent les expositions.
Une bonne majorité des accrochages trouve sa place au cœur même de l’espace public, les organisateurs ne reculant pas devant les formats atypiques ou géants, jusqu’en bordure de plage, révélant là une volonté de confronter les habitants aux œuvres contemporaines. Des rencontres, conférences et autres activités complètent le programme. Post homo sapiens est le troisième et dernier volet de la thémat…

TANIÈRES N°2, le repaire des écrivains - Guillaume Sire -

VERTICAL  S’élevant des premières coursives jusqu’aux niveaux supérieurs, dans sa quête de lumière, une incroyable glycine irrigue de ses multiples ramifications la cour intérieure de ce petit immeuble. Suivant le chemin tracé par le végétal, les racines toulousaines de Guillaume Sire le poussent jusqu’au dernier étage, pour s’y installer, voilà un peu plus de quatre ans.


Encore visibles, les vestiges d’un entrepôt à grains nous rappellent la proximité de la halle du même nom. Au cœur de son appartement, l’espace de travail est réduit au minimum et se partage entre une pièce équipée d’un bureau et un coin du salon où trône un meuble atypique : une écritoire. Celle-ci est particulière et ressemble à un secrétaire qui aurait été revisité par César : compressé sur les côtés et étiré en longueur, le support et la hauteur idéale pour écrire … debout, à l’image d’un Philip Roth ou d’un Jacques Brel, autres adeptes de la position verticale. L’auteur des confessions d’un funambule l’a dessinée …