Accéder au contenu principal

TANIÈRES N°2, le repaire des écrivains - Guillaume Sire -


VERTICAL 
S’élevant des premières coursives jusqu’aux niveaux supérieurs, dans sa quête de lumière, une incroyable glycine irrigue de ses multiples ramifications la cour intérieure de ce petit immeuble. Suivant le chemin tracé par le végétal, les racines toulousaines de Guillaume Sire le poussent jusqu’au dernier étage, pour s’y installer, voilà un peu plus de quatre ans.


Encore visibles, les vestiges d’un entrepôt à grains nous rappellent la proximité de la halle du même nom. Au cœur de son appartement, l’espace de travail est réduit au minimum et se partage entre une pièce équipée d’un bureau et un coin du salon où trône un meuble atypique : une écritoire. Celle-ci est particulière et ressemble à un secrétaire qui aurait été revisité par César : compressé sur les côtés et étiré en longueur, le support et la hauteur idéale pour écrire … debout, à l’image d’un Philip Roth ou d’un Jacques Brel, autres adeptes de la position verticale.
L’auteur des confessions d’un funambule l’a dessinée lui-même avant de la faire réaliser par un artisan ébéniste du quartier Saint-Michel. Il y passe toutes ses matinées de travail. Fait de bois d’acajou, son plateau est recouvert d’un rectangle de cuir où vient se placer l’ordinateur portable, adhérant ainsi au pupitre aérien. 

Si l’exercice d’écriture doit se prolonger, la stratégie de repli consiste en un confortable fauteuil dans le bureau mitoyen, élimé à souhait, à croire qu’un chat s’y est régalé de ses griffes. Le poste de travail est surmonté d’une œuvre de jeunesse quasi Dadaïste, révélant un passé et une velléité de graffeur contrariée, et jouxte une petite bibliothèque où figurent ses propres ouvrages, les dissimulant en toute modestie aux regards des visiteurs se tenant dans le salon. Si ses divers ouvrages ont été publiés par plusieurs maisons d’édition (1), c’est une fidélité réciproque qui le lie à Lisa Liautaud, son éditrice, et qui devrait se vérifier à nouveau pour un prochain roman situé au Cambodge ; pays qu’il a visité il y a un an en prévision du récit à venir, et dont les livres s’y rapportant tiennent une bonne place dans sa bibliothèque.

Sa dernière publication en date (2), sorti récemment, est un essai de philosophie morale rédigé à l’encontre des moralisateurs, qui tend à démontrer que nous sommes entrés dans une époque qui a érigé les règles en dogmes en oubliant les principes qui ont dictés lesdites règles. Entreprise ambitieuse qui pourrait résonner de manière tout à fait actuelle, si l’on se réfère aux polémiques autour du spectacle Kanata de Robert Lepage l’an dernier, des plaintes à l’encontre de blackface ou plus récemment la pétition engagée contre la fresque du peintre Hervé Di Rosa accrochée à l’assemblée nationale ; un artiste qui n’a eu de cesse de défendre des valeurs et qui est attaqué au nom de ces mêmes valeurs, paradoxe dont Guillaume Sire identifie les sources dans son petit traité d’éthique.

Jean-Jacques Ader

(1) - Les confessions d’un funambule, 2007 Table Ronde
     - Prépa HEC, 2011 Kirographaires 
     - Où la lumière s’effondre, 2016 Plon
     - Les moteurs de recherche, 2016 La Découverte
     - Réelle, 2018 L’Observatoire
(2)- Le diable est une méthode, 2019 éditions Ovadia

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

GETXO-PHOTO 2019

Direction la Biscaye, province du Pays basque située au Nord de l’Espagne, pour la nouvelle édition du festival international de photo de Getxo dirigé par Jokin Aspuru, qui se déroule depuis 13 ans le long du mois de Septembre.

Baignées par les eaux du fleuve Nervion, à une quinzaine de kilomètres de Bilbao, deux zones urbaines principales se partagent ses rives au moyen d’un majestueux pont transbordeur (1893) classé au patrimoine mondial de l’humanité en 2006. Il vous mènera, vous et votre véhicule de Portugalete à Getxo, pour rejoindre le quartier d’Algorta, où se situent les expositions.
Une bonne majorité des accrochages trouve sa place au cœur même de l’espace public, les organisateurs ne reculant pas devant les formats atypiques ou géants, jusqu’en bordure de plage, révélant là une volonté de confronter les habitants aux œuvres contemporaines. Des rencontres, conférences et autres activités complètent le programme. Post homo sapiens est le troisième et dernier volet de la thémat…

LE MAP, FESTIVAL SANS DOMICILE FIXE

Texte & photographies de Jean-Jacques Ader

Fidèle à son principe de fonctionnement, cette année encore le festival photo toulousain MAP investit un lieu inédit pour y installer ses cimaises. L’ancien espace municipal Croix-Baragnon, fermé au public depuis 2017, accueille la version 2019 en plein centre-ville
Un véritable kaléidoscope visuel forme cette onzième édition pluridisciplinaire, composé par Pierre Garrigues son président et Ulrich Lebeuf qui en assure la programmation. Photojournalisme, mode, documentaire, recherche esthétique, une petite douche écossaise vous attend au fil de la visite. Voici trois apartés parmi les quinze expositions, dans les styles très différents qui nous sont données à voir.



Éric Bouvet, photojournaliste Français reconnu, propose ici des travaux en plusieurs lectures distinctes, dont un diaporama saisissant, montrant son immersion au sein d’un commando Russe, et nous rappelant la cruauté à laquelle l’homme peut se prêter en temps de guerre. Le défileme…