Accéder au contenu principal

GETXO-PHOTO 2019

Heading to Bizkaia, province of the Basque Country in northern Spain, for the new edition of the Getxo International Photo Festival, directed by Jokin Aspuru, which has been taking place for the last 13 years in September.

Bathed by the waters of the river Nervion, about fifteen kilometers from Bilbao, two main urban areas share the shoreline with a majestic transhipment bridge (1893) that became World Heritage of Humanity in 2006. It will take you, you and your vehicle from Portugalete to Getxo, to reach the Algorta district, where the exhibitions are located.
A good majority of the displays find their place in the heart of the public space, the organisers do not shrink from atypical or giant formats, all the way to the edge of the beach, revealing a desire to confront the inhabitants to contemporary works. Meetings, conferences and other activities complete the program.
Post homo sapiens is the third and final part of the Transitions theme, under the artistic direction of Monica Allende, former photo director of the Sunday Times magazine, born in Bilbao and living in London as exhibition curator and independent consultant. Another originality of Getxo photo – and will of the artistic director – is to present without distinction the winners of the annual call for authors alongside artists more or less well known, proposing work brought to completion.

Among them, Haley Morris-Cafiero denounces through her self-portraits the cyber-harassment of which she may have been victim, disguising herself as her own persecutors and reproducing their shock sentences on her body. Presented in very large formats, her photographs are a humorous challenge for the walkers on the waterfront where they are set up.
Matthieu Gafsou, a former student of the Vevey school, is interested in transhumanism, an optimization of the human body thanks to technology, as that of Neil Harbisson, who had an antenna implanted in the skull, which makes him the first cyborg recognized by a government In his series H + started in 2014 and presented in Arles, Gafsou analyses, details and notes that these technological advances are not without some violence.
Japanese culture is undoubtedly the best able to link dramatic utterance with the greatest poetry. Demonstration made with Autoradiograph, is a set of black and white images, which reveal the radioactive radiation of personal items found on the Fukushima site. Artist Masamichi Kagaya worked closely with Professor Satoshi Mori of Tokyo University. The installation of giant prints in a former disused service station further strengthens the visual power.

Also on the program, Claudia Gori’s The Sentinels identifies people who are hyper-sensitive to electromagnetic radiation. Jan Hoek met taxi-motorcycle drivers, Boda-Boda, of Nairobi, costumed for the occasion with surrealist outfits. To see again, the strange portraits of androids of Maija Tammi, where that of a human being was (perhaps) slipped in … As well as Jaako Kahilaniemi, IC visual lab, Federico Estol, Ezio D’Agostino, Reiner Riedler, Julien Mauve , Mapuñuke Choyvn Iñchiñ, Anais Lopez, Marcos Zegers, Lauren McCarthy, Ali Eslami and Juno Calypso.
Text and photograpy by Jean-Jacques Ader 
Getxo photo from September 4th to September 29th 2019, in the Spanish Basque Country.
Detailed program and information: https://www.getxophoto.com/en/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

MONICA ALLENDE, le dialogue et la démocratie

Native de Bilbao, elle a étudié les sciences politiques à Londres avant de se lancer à la tête du service photo du Sunday Times magazine. Là, elle a commencé à mettre en pratique sa conception de l’accessibilité des images avant de devenir commissaire d’exposition et consultante indépendante. Succédant à Christian Caujolle elle vient de piloter pour sa troisième et dernière année, la treizième édition de GetxoPhoto au Pays basque espagnol qui se tient jusqu’au 29 Septembre 2019.


Étrangère dans son propre pays, Monica Allende aime explorer de nouvelles contrées, de nouvelles narrations, dans les limites des ressources qu’on lui propose mais pas limitée par son esprit ; comme une urgence d’expérimenter quelque chose. Avant même son arrivée à la direction artistique de Getxophoto, l’identité du festival était d’habiter l’espace public, être dehors c’est son ADN. La recherche de nouveaux espaces, cette idée de réinterpréter le festival, pas seulement le concept, pas seulement les thèmes m…

GETXO-PHOTO 2019

Direction la Biscaye, province du Pays basque située au Nord de l’Espagne, pour la nouvelle édition du festival international de photo de Getxo dirigé par Jokin Aspuru, qui se déroule depuis 13 ans le long du mois de Septembre.

Baignées par les eaux du fleuve Nervion, à une quinzaine de kilomètres de Bilbao, deux zones urbaines principales se partagent ses rives au moyen d’un majestueux pont transbordeur (1893) classé au patrimoine mondial de l’humanité en 2006. Il vous mènera, vous et votre véhicule de Portugalete à Getxo, pour rejoindre le quartier d’Algorta, où se situent les expositions.
Une bonne majorité des accrochages trouve sa place au cœur même de l’espace public, les organisateurs ne reculant pas devant les formats atypiques ou géants, jusqu’en bordure de plage, révélant là une volonté de confronter les habitants aux œuvres contemporaines. Des rencontres, conférences et autres activités complètent le programme. Post homo sapiens est le troisième et dernier volet de la thémat…

TANIÈRES N°2, le repaire des écrivains - Guillaume Sire -

VERTICAL  S’élevant des premières coursives jusqu’aux niveaux supérieurs, dans sa quête de lumière, une incroyable glycine irrigue de ses multiples ramifications la cour intérieure de ce petit immeuble. Suivant le chemin tracé par le végétal, les racines toulousaines de Guillaume Sire le poussent jusqu’au dernier étage, pour s’y installer, voilà un peu plus de quatre ans.


Encore visibles, les vestiges d’un entrepôt à grains nous rappellent la proximité de la halle du même nom. Au cœur de son appartement, l’espace de travail est réduit au minimum et se partage entre une pièce équipée d’un bureau et un coin du salon où trône un meuble atypique : une écritoire. Celle-ci est particulière et ressemble à un secrétaire qui aurait été revisité par César : compressé sur les côtés et étiré en longueur, le support et la hauteur idéale pour écrire … debout, à l’image d’un Philip Roth ou d’un Jacques Brel, autres adeptes de la position verticale. L’auteur des confessions d’un funambule l’a dessinée …